Pont de l'amitié entre Vientiane (Laos) et Nong Khai (Thaïlande)

Pont de l’amitié entre Vientiane (Laos) et Nong Khai (Thaïlande)

La douane thaïlandaise

La douane thaïlandaise

Nous partons à 9h de l’auberge de Vientiane, avec pour objectif de nous rendre à Bangkok en stop. 646km séparent les deux capitales. Nous avons sept jours pour y arriver et ne pas louper notre avion pour les îles Andaman, ça devrait le faire.
Nous prenons un bus de ville (14) pour nous rendre au pont de l’amitié Lao-Thaïlandaise, permettant depuis 1994 de traverser le Mékong reliant Vientiane et Nong Khai. Là-bas, nous devons nous acquitter de 5500 kips (environ 0,65€) chacun, car on est samedi. Heureusement que nous avions encore quelques kips. Puis nous traversons les deux kilomètres qui séparent les deux douanes à pied (un bus est disponible pour traverser également). Nous sommes bien sûr les deux seuls péquenauds à traverser le pont à pied, sous les pouces levés des conducteurs de camions thaïlandais. Nous arrivons de l’autre côté et obtenons facilement notre tampon nous autorisant trente jours en Thaïlande, même si nous pensions n’avoir, en tant que Français, que 15 jours sans avoir besoin de visa. De toute façon, nous n’avons besoin que d’une semaine. Ça y est, nous sommes en Thaïlande !

Nous nous éloignons un peu de la frontière pour pouvoir commencer à faire du stop. Après à peine cinq minutes de marche et sans avoir encore levé le pouce, un vélo s’arrête à côté de nous, nous demandant où l’on veut aller et nous disant que son frère, dans la voiture juste devant, se propose de nous conduire. Le stop le plus facile de la terre ! Keng, nous emmènera d’abord chez sa mère pour charger quelques kilos de riz, puis nous emmènera prendre un thé que nous n’aurons pas le droit de refuser sur une aire de repos, pour nous déposer à Udom Thani, à environ 55km de la frontière, et à la sortie de la ville pour qu’on puisse facilement trouver une autre voiture pour continuer notre route. Bref, trop gentil. Et c’était vraiment trop sympa de discuter avec lui !

Il est 14h, nous sommes à 580km de Bangkok.

Keng, notre premier conducteur :)

Keng, notre premier conducteur 🙂

Nous continuons de marcher en levant le pouce. Il fait super chaud, nous sommes en plein soleil sur le bord de la route. Au bout d’une demi-heure, Ford et Ann, allant au bord du lac Ubolratana pour leur jour off, nous emmènerons jusqu’à Khon Kaen, à 120km de Udom Thani. Non seulement ils auront fait demi-tour pour venir nous prendre, passant une première fois devant nous sans avoir le temps de s’arrêter, mais en plus ils changeront leur emploi du temps pour aller faire quelques courses à Khon Kaen avant de se rendre au lac (surement à la tombée de la nuit du coup) et s’excuseront presque de ne pas aller jusqu’à Bangkok… Encore trop gentils, et encore trop bien d’avoir pu discuter avec eux ! Ça fait tellement plaisir que les gens parlent anglais.
Il est 16h, nous sommes à 450km de Bangkok.

Notre troisième transport

Notre troisième transport

Après une escale dans un centre commercial immense, nous nous éloignons du centre-ville et relevons le pouce. Vers 16h30, un Thaïlandais, parlant lui beaucoup moins anglais, nous prend à l’arrière de son camion. Il nous dit aller à Bangkok : au top ! Nous n’aurons mis qu’une journée ! Nous nous calons bien à l’arrière du camion, avec les autres automobilistes nous levant des pouces toutes les cinq minutes. Un super moment, c’était trop stylé ! Vers 19h, le camion s’arrête sur une aire de repos. Il nous dit qu’on va manger. Ok. Il rentre dans le KFC, nous sortons nos sacs du camion et allons également dans le KFC. Notre preneur de stop commande, refuse que je paie le repas, nous commandons quelque chose pour nous, puis retournons dans le camion. Il nous pose ce qu’il a commandé à l’arrière du camion, pour que nous mangions, sans rien garder pour lui ! Nous refusons au début, lui disant que c’est pour lui, lui proposons notre repas, mais rien à faire ! Au final, il gardera un coca et acceptera deux paquets de biscuits laotiens que nous lui offrons… Et ce KFC passait trop bien (n’ayant pas mangé de la journée !). A 21h, nouvel arrêt. Il nous explique tant bien que mal qu’il va dormir ici, et que nous on va avec le camion quelque part un peu plus loin. On ne comprend pas vraiment ce qui va nous arriver : veut-il qu’on conduise ? Va-t-on dormir dans le camion ? Ailleurs ? Dix minutes plus tard, nous sommes déposés à la gare routière de Nakhon Ratchasima. Il nous emmène jusqu’au bus pour Bangkok, s’apprête à nous acheter deux billets pour que nous puissions continuer la route. Nous l’arrêtons in extrémis, lui disons au revoir et nous mettons à la recherche d’un hôtel pour passer la nuit (merci wikitravel). Nous ne l’aurons pas fait en une journée (mais on est presque contents de recommencer le lendemain :)) !
Il est 21h, nous avons fait 360km depuis la frontière, nous sommes à 260km de Bangkok.

Vientiane, Nong Khai, Udom Thai, Khon Kaen, Nakhon Ratchasima

Far Thaï Hotel, 300 baths (environ 8,10€) la chambre simple (mais avec un lit double), sans eau chaude. Fonctionnel, va bien pour une nuit.

Le bus 14, se prenant à la central bus station, permet de se rendre au Friendship Bridge reliant la Thaïlande. Le même bus va également à Buddha Park.
Les week-ends, il y a 5500 kips de taxes pour traverser la frontière (sinon c’est gratuit).
Il est assez facile (et fun) de faire du stop en Thaïlande.
La chambre simple, en Thaïlande, convient pour deux personnes (lit double)…

Bus 14 pour le Friendship Bridge : 6000 kips (environ 0,70€)
Frais de passage de douane en horaires non ouvrées : 5500 kips (environ 0,65€)
1 chambre d’hôtel à Nakhon Ratchasima : 300 baths (environ 8,10€

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *