Vue sur le Fitz Roy depuis le campement à la douane argentine entre Villa O'Higgins et El Chalten
Vue sur le Fitz Roy depuis le campement à la douane argentine entre Villa O'Higgins et El Chalten

Vue sur le Fitz Roy depuis le campement à la douane argentine entre Villa O’Higgins et El Chalten

Démarrage de la journée en douceur et tout en humidité. Une fois l’épongeage de la tente fait, nous partons vers l’embarcadère de Puerto Bahamondez (où le propriétaire de la compagnie de transport nous déposera lui-même !).
Ça y est, nous y sommes, c’est la fin de la Carretera Austral. En petit bilan, la route est magnifique même si elle n’est pas en très bon état tout du long (des travaux sont en cours sur différentes portions de la route et devraient aboutir d’ici fin 2018). Ça vaut réellement le coup de la prendre et de profiter de la vue sur des lacs et glaciers aux couleurs saisissantes.
Nous prenons alors le bateau vers Candelario Mansilla, le trajet dure une heure trente et nous rencontrerons trois cyclistes. Manque de chance pour eux, ils ont réservé leur billet directement depuis Villa O’Higgins et n’ont pas eu le choix de faire l’impasse sur la visite du glacier O’Higgins, contrairement à nous (nous avions un billet pour le trajet court, donc sans glacier, pour le vendredi au lieu du samedi habituel. La fille de l’office de tourisme à Cochrane s’était trompée de date. Les gérants de l’agence n’ont pas pu nous refuser le trajet court.). Les cyclistes ont donc payé le double et l’ont un peu amer lorsqu’ils apprennent le prix de nos billets… (ce glacier ne vaut pas forcément le coup d’être vu de ce que l’on en a entendu).
La petite croisière est très sympa, il fait beau et frais mais les couleurs de l’eau et des montagnes qui entourent le lac sont superbes.

Lago O'Higgins

Lago O’Higgins

Une fois débarqués, nous nous lançons vers l’Argentine accompagnés de François (un Brestois qui après une thèse en mathématiques a fait une pause de quelques mois pour voyager en Amérique du Sud). Très rapidement, nous atteignons le poste de contrôle chilien où globalement on ne nous demande pas grand-chose si ce n’est les passeports pour y mettre un coup de tampon. Nous déjeunerons, une fois les formalités administratives faites, face au terrain de foot des gardes-frontières.
A partir de ce point, nous sommes dans le « No man’s land ». Un coin de terre qui n’appartient ni au Chili, ni à l’Argentine mais qui doit offrir quelques paysages sympas à ses visiteurs. Nous nous aventurons sur les 22 kilomètres qui nous séparent du poste de contrôle argentin. Ça grimpe un peu et petit à petit le paysage se dégage pour nous offrir une vue sur la montagne emblématique de la Patagonie : le mont Fitz Roy. On croisera quelques personnes en sens inverse qui nous diront toutes qu’El Chalten est un coin fantastique, ce qui tombe plutôt bien puisque c’est notre destination. De temps en temps, le chemin se transforme aussi en « saute flaques de boue » et finalement après environ quatre heures de marche, nous arrivons au poste de contrôle. Il est 18 heures, nous faisons nos tampons d’entrée en Argentine et mangeons quelques biscuits avant de planter la tente… face au Lago del Desierto dont l’autre rive n’est autre que le mont Fitz Roy. L’endroit est magnifique, on profite un peu du coucher du soleil durant l’installation de la tente puis on file cuisiner, une fois de plus face au Fitz Roy. Une des particularités de cet endroit (en plus d’être magnifique) est qu’il offre un point de vue sur l’autre face du Fitz Roy. C’est totalement différent de ce que l’on peut voir depuis El Chalten. Un petit regret cependant, ce soir, pas d’étoiles au-dessus du Fitz Roy…

Première vue sur le Fitz Roy en arrivant du Chili

Première vue sur le Fitz Roy en arrivant du Chili

Villa O’Higgins, Candelario Mansilla, No man’s land, Lago del Desierto

En tente, site de camping gratuit sur les rives du Lago del Desierto (à côté du poste de contrôle de la frontière argentine)

Le camping à la descente du bateau (à Candelario Mansilla) côté chilien semble aussi offrir des lits (en cas de problème, il est possible de se renseigner au poste de contrôle chilien)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *