Ruines de Llacmapata

Ruines de Llacmapata

Nous mettons le réveil à 4h30 pour prendre notre camion à 6h et aller jusqu’au début du sentier qui mène à Llactapata, portion de la dernière étape d’une des versions du Salkantay, autre trek menant au Machu Picchu (à la fin, on a le choix entre longer la rivière jusqu’à Santa Teresa, ce qui semble plus plat, ou monter la colline jusqu’à Llactapata et redescendre à Hydroelectrica). Nous devrions y être entre 9h et 10h, ce qui nous laissera largement le temps de parcourir sans trop se presser les 11 kilomètres, 800 mètres de dénivelé positif et 1000 de dénivelé négatif jusqu’à Hydroelectrica, et d’attraper un des nombreux bus des tours du Machu Picchu, qui repartent entre 14h et 15h vers Cusco.

A 6h, nous sommes devant le camion. A 6h10, le mec nous annonce l’air de rien qu’en fait, il partira un peu plus tard, enfin 3h plus tard… A 9h. Bon, en arrivant entre 12h et 13h ça risque d’être compliqué d’être à 15h à Hydroelectrica… Nous lui disons que l’horaire est trop tard (en plus, maintenant qu’on est levés, on a pas trop envie d’attendre 3h que peut-être un mec ait ramené ses patates et qu’on puisse partir…). Il nous dit qu’un colectivo part à 6h30 pour Santa Teresa, un peu plus loin sur la route. Nous trouvons le colectivo sur le bord de la route, moteur allumé mais sans chauffeur. Merci pour la planète. Un villageois nous dit qu’il partira bientôt et que ça coûte 35 / 40 soles (un peu plus de 10€, le camion nous proposait 15 soles) pour aller à Santa Teresa. Nous payons parfois beaucoup moins pour des distances bien supérieures mais bon… L’endroit est isolé, ça doit venir de ça. Toujours est il qu’il ferait mieux d’éteindre son moteur quand il est à l’arrêt et de faire payer un peu moins… Vers 6h45, le chauffeur arrive (le moteur attend donc allumé depuis au moins 35 minutes ^^) et nous partons. On charge des gens au bord de la route, on les dépose, mais globalement, nous ne sommes que 4 passagers dans le camion jusqu’à Playa. Nous passons le col à 4800 mètres que nous aurions dû passer à pied. La vue est encore très belle jusqu’à Totora, mais nous ne sommes pas mécontents de faire le trajet en bus (globalement, le chemin croise la route à chaque lacet). Après Totora, on est plus dans la vallée, la vue est moins dégagée et on retrouve peu à peu plus de monde (locaux comme touristes, mais beaucoup de trekkeurs faisant le Salkantay), plus de véhicules. La randonnée est moins intéressante. Vers 10h, le bus nous dépose à l’entrée du chemin. Nous avons beaucoup baissé en altitude et il fait chaud.

Nous monterons pendant deux bonnes heures le long des plantations de café, souffrant pas mal de la chaleur, jusqu’aux ruines de Llactapata, avant de découvrir la vue sur le Machu Picchu que nous étions venue voir. Et franchement, on a été un peu déçus… Alors oui on devine le Machu Picchu, mais la vue est un peu masquée par les arbres et donc on perd totalement la profondeur du paysage qui fait le charme de ces montagnes péruviennes et rendait la vue des étapes précédentes du trek magnifique. Nous nous posons pour pique niquer et nous remettons en route. Il est 13h30 et nous avons pour objectif d’être à 15h30 en bas pour être sûrs d’avoir un bus.

Vue du Machu Picchu depuis Llacmapata (si je on vous assure, il est là)

Vue du Machu Picchu depuis Llacmapata (si je on vous assure, il est là)

Le voilà de plus près ! (oui, il se fait quand même très discret...)

Le voilà de plus près ! (oui, il se fait quand même très discret…)

Et c’est parti pour 1h30 à 2h de descente assez raide (mes genoux m’en faisant baver après ce que je leur avais fait subir la veille). Après avoir refusé de payer 2 soles pour traverser un pont à un gars planté là avec son gamin qui n’avait pas du tout l’air officiel, nous arrivons à Hydroelectrica.

Nous voyons le défilé de minibus touristiques repartir du Machu Picchu et essayons de rejoindre le parking pour en prendre un.
Nous arrivons devant la cabane enregistrant les entrées, arrêtons un bus vide, négocions le retour à Cusco pour 30 soles chacun (environ 8,30 €) et c’est parti. Le bus est tout confort, seulement arrivés à Santa Teresa on doit changer de bus et on se retrouve dans un minibus bien plus pourri, où il ne reste que deux sièges, dont bien-sûr celle à l’avant au milieu à côté du chauffeur que personne ne veut… Cinq heures plus tard et l’estomac bien remué nous arrivons à Cusco, nous offrons un repas bien mérité, réservons une auberge meilleur marché que la précédente, allons récupérer nos affaires dans la première, montons pour rejoindre la deuxième, et nous effondrons de sommeil.

Choquequirao/Salkantay trail, Llactapata, Hydroelectrica, Cusco

Tupackers Hostel, Cusco, 18 soles la nuit en dortoir de 6 avec petit déjeuner (environ 5,20), grands espaces communs, personnel très sympa, wifi fonctionnant bien, lits confortables (petite odeur de cigarette dans le dortoir…), un peu excentré (et en hauteur) mais proche tout de même de la Plaza de Armas

Il nous a fallu environ 2h30 pour arriver aux ruines Llactapata depuis le début du chemin (depuis la route), puis 2h pour descendre à Hydroelectrica depuis les ruines.
Nous n’avons pas du tout attendu pour trouver un bus nous ramenant à Cusco autour de 15h30 à Hydroelectrica. Tous les bus touristiques repartant du Machu Picchu entre 14h et 16h, il est très facile d’en trouver un, au moins dans ces horaires.

Colectivo Yanama – Santa Teresa : 30 soles (environ 8,60€)
Bus Hydroelectrica – Cusco : 30 soles (environ 8,60€)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *