Les Aaaruul de Mamie Rose

Les Aaaruul de Mamie Rose

Cette deuxième journée se déroule exactement comme la précédente, à deux différence (notables) près :

  • Nous ne ferons pas de crème (youhouuuuu !).
  • Nous sommes un peu moins mauvais que la veille à certaines activités : touiller les Aaruul, attacher les veaux et nous nous essayons à scie, ce qui est tout à fait à notre portée (modulo les quelques frayeurs avec Bébé tournant autour tout le temps et aimant un peu trop approcher ses mains des dents de la scie) !

En dinant, nous essayons de leur faire comprendre que nous voulons partir le jeudi matin pour avoir le bus du matin (censé passer à 9h à Khotont) et que donc nous aurions besoin que quelqu’un nous emmène tôt en voiture là-bas. On finit la conversation sans savoir si on s’est vraiment fait comprendre (à l’aide de dessin, d’une application de traduction offline qui laisse un peu à désirer, etc.). Nous re-tenterons demain car il commence à être tard et c’est l’heure d’aller chercher les vaches !

Le diner : des buz faits maison (mhhhh)

Le diner : des buz faits maison (mhhhh)

Nous partons donc vers 18h15, un peu plus tard que d’habitude et les journées raccourcissent. Aujourd’hui, les vaches ont décidé d’aller absolument partout dans la montagne. Nous sommes quatre : Maman, Tatie, Alexis et mois et nous sommes tous séparés pour arriver à les récupérer. Ce sera pour moi la panique : celles que je dois récupérer sont très éparpillées, sur deux versants de collines différents, et contrairement à ce que m’a dit Tatie en me laissant, en emportant les vaches d’une vallée, celles de l’autre vallée n’ont absolument pas suivi. Je suis seule, Tatie est partie très loin pour chercher d’autres vaches, encore plus rebelles que les miennes. La nuit commence à tomber, et les vaches ne m’écoutent pas… Ne sachant pas à quel point il est important de toutes les ramener, je cours dans tous les sens, jusqu’à en abandonner plusieurs en voyant que je n’y arriverai pas avant la nuit (autant ramener les dix que j’ai, c’est déjà ça…). J’essaie de cibler les veaux. Nous arriverons à l’enclos à la nuit tombée, rendant difficile de distinguer les veaux des vaches. Ce soir, il y aura beaucoup moins de veaux dans l’enclos. Finalement, elles n’avaient pas l’air hyper inquiète donc tant mieux, mais j’ai quand même un sentiment de culpabilité…

Nous nous couchons peu de temps après.

La yourte de Tatie

La yourte de Tatie

Burdnii ann

Yourte, chez la grand-mère de Rose

Le G’Palémo du Routard, même s’il n’est pas complet, est assez pratique dans certaines situations !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *