Wouaouuuuuh !!

Wouaouuuuuh !!

Pour ce deuxième jour, nous partons avant 9H pour nous assurer de passer la tyrolienne et arriver au refuge, de jour. Normalement, il y a 6 heures de marche au programme donc on est plutôt sereins.
Avec Pauline et Antoine (le couple de Français avec qui nous avons fait une partie du chemin, hier), nous arrivons assez rapidement à la tyrolienne que nous avions testée hier. Petit cours rapide de passage de tyrolienne lorsque l’on est quatre avec des sacs à dos :

  • Faire passer les mecs en premier de l’autre côté ;
  • Demander aux filles d’accrocher les sacs à la poulie (un par un) ;
  • Faire bosser les mecs pour qu’ils tirent la poulie et ramènent les sacs de l’autre côté ;
  • Faire passer les filles de l’autre côté.

Une recette facile à appliquer mais à laquelle il faut ajouter :

  • Faire repasser les mousquetons en acier (on les utilise pour accrocher la ligne de vie aux câbles : ça évite de tomber dans le vide, s’il y a un souci avec la poulie) car il n’y en a qu’un seul par binôme ;
  • Faire repasser un baudrier parce que celui de l’une des filles (Pauline) se desserre !

Finalement, 45 minutes plus tard, nous sommes tous de l’autre côté avec nos sacs. In fine, personne n’aura eu la tremblote et Carole qui angoissait depuis des semaines (true story) passera sans souci ! Juste après nous, 5 personnes arrivent pour passer cette même tyrolienne…

Glacier

Glacier

S’en suivra le début d’une longue montée. Autour de nous, une colline puis un glacier. Sous nos pieds, de la terre, puis des caillasses, puis un glacier ! On aura donc le droit à la vue sur un glacier puis à une petite randonnée dessus (une centaine de mètres). Pas révolutionnaire comme marche mais ça permet de la rayer des choses à faire.
Avant de manger nous croisons deux gardes du parc qui s’assurent que l’on s’est bien enregistrés avant de démarrer le trek. C’est surprenant vu comme s’est passé l’enregistrement, la veille.

Crevasse

Crevasse

Glacier

Glacier

Première marche sur un glacier

Première marche sur un glacier

On mangera au niveau d’un point de bascule entre deux glaciers : à notre gauche le glacier vers lequel on se dirige, à droite et en contre-bas celui sur lequel nous avons marché plus tôt.
Après deux petits sandwichs au fromage (une mozzarella divine… tant qu’on ne sait pas que c’est de la mozzarella), nous repartons à l’ascension du Paso del Viento. Après une grosse trentaine de minutes, le chemin se corse : sous nos semelles, des petits cailloux et une grosse pente, pas évident d’avancer. Plus on avance, plus le chemin est difficile et moins il y a de trace de passage d’autres randonneurs… bref, on s’est paumés ! On sort alors le GPS, il reste 170 mètres à faire à flanc de falaise pour grimper de 100 mètres d’altitude et rejoindre le chemin. On se dit tous les quatre que ça peut le faire donc on se lance. Seul souci, rapidement, il n’y a plus d’alternative, il faut escalader la pente. Le terrain est friable, on ne peut se fier à aucune pierre sur laquelle on marche et la roche à laquelle on s’accroche reste dans nos mains une fois sur deux. On se demande tous comment on va passer et on se fait rejoindre par un couple d’Allemands qui nous a suivi dans notre erreur.

Une montée un peu raide en hors piste...

Une montée un peu raide en hors piste…

Pendant 30 minutes, on parlemente, on avance de quelques mètres en prenant soin de laisser quelques mètres entre chacun d’entre nous pour éviter les pierres qui chutent. Puis, on finit par s’arrêter. Antoine, part à l’avant pour vérifier si le chemin s’améliore et s’il trouve la voie officielle. Ça doit s’améliorer… on décide de continuer mais on n’était pas si loin de faire demi-tour. Sauf que personne n’avait envie de redescendre et de prendre le risque de glisser, tomber et dévaler la pente.
On reprend la montée, il y a 15 mètres vraiment compliqués où les guibolles tremblent beaucoup et la tête se demande comment cette histoire va se terminer. Dangereux mais on passera tous les quatre, puis attendrons les deux Allemands qui se demanderont aussi dans quelle galère ils sont tombés.
Toute cette histoire durera deux bonnes heures avant que nous ne rejoignons le chemin officiel qui lui (d’après un groupe rencontré plus tard) était facile. Dommage…

On aura bien galéré mais tant bien que mal, on arrive au Paso del Viento et là chacun prendra sa petite claque ! C’est immense, c’est magnifique, c’est du jamais vu : voilà un peu ce qui nous passera par la tête lors des premières secondes.

Paso Del Viento

Paso Del Viento

Paso Del Viento

Paso Del Viento

Pour en profiter au mieux (ainsi que du soleil), on s’offre quelques biscuits face au « champ de glace » (Campo de Hielo Sur).
Moult photos plus tard, nous prenons le chemin de la descente vers Refugio Paso del Viento. A côté du reste, elle paraitra un peu fade en émotion ;- )).

On arrivera en dernier à ce camping dont le refuge est au mieux spartiate : une table et quelques chaises.

On plante alors la tente, mangeons nos pâtes et partons chercher un repos (mérité ?) dans les bras de Morphée.

Vue by night depuis la tente

Vue by night depuis la tente

Vue by night depuis la tente

Vue by night depuis la tente

El Chalten, Parc National Los Glaciares

En tente, campement Refugio Paso del Viento

Pour le jour 2 du circuit Huemul (12 km), nous avons marché 8 heures (avec des sacs contenant juste ce qu’il faut d’équipement et de nourriture pour 5 jours de trek et sans compter les pauses mais en comptant un gros détour…).

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *