Coucher de soleil sur le Lago Argentina à El Calafate

Coucher de soleil sur le Lago Argentina à El Calafate

Après un super trek, il nous reste quelques sentiers à parcourir pour finir d’explorer El Chalten. Aujourd’hui, nous partons donc pour trois jours voir les Cerro Torre et Fitz Roy… enfin, ça c’est l’idée jusqu’à environ 9H30. A 9H35, le programme est tout autre : sortir de la ville à pied, faire du stop et rejoindre El Calafate (230 kilomètres plus au sud). Que s’est-il passé durant ces 300 secondes ? Un constat simple s’est imposé de lui-même. Il est difficile de marcher avec des ampoules à moitié ouvertes sous les orteils et le dernier trek a laissé quelques marques…
Nous nous postons à la sortie de la ville à 10H45, nous ne sommes pas seuls : deux Asiatiques ont des cartons funky, un Allemand attend depuis quelques heures et une Française depuis 9 heures du matin. Pendant que Carole regarde notre collègue allemand renoncer et prendre le bus, je m’occupe d’aller au bureau d’information du parc pour y laisser tout le « bien » que nous avons pensé de l’organisation autour du Circuito Huemul.
L’attente est longue, il fait frais (le soleil est très discret) et il y a pas mal de vent. Derrière nous, deux Anglo-saxonnes s’installent, elles font de la corde à sauter et des abdos pour se réchauffer, c’est inspirant : quelques dizaines de secondes de planche sur la route. Les voitures passent, certains passagers nous disent bonjour, d’autres nous ignorent et un va jusqu’à nous montrer son chat à travers la vitre ouverte. Puis soudain, une voiture s’arrête… les Asiatiques sont logiquement les premiers à discuter et la Française s’approche. Sans trop comprendre pourquoi, la voiture poursuit sa route sans prendre ces trois autostoppeurs puis s’arrête à nouveau devant nous. Ils vont également à El Calafate, parfait ! Un détail, ils ont une voiture de location et veulent que nous participions aux frais. Sur le principe, pourquoi pas, nous proposons 100 ARS par personne (200 ARS). Ils nous rappellent que le bus coûte 440 ARS par personne et veulent un peu plus… nous resterons fermes, ils reprendront la route.
Finalement, après trois heures d’attente, une autre voiture ralentit à notre niveau et nous annonce pouvoir nous prendre pour cent kilomètres. Nous sautons sur l’occasion et nous faisons rejoindre par l’un des Asiatiques qui essaie de comprendre pourquoi la voiture ne s’est pas arrêtée devant eux. Durant le trajet, le conducteur nous expliquera qu’ils étaient trois (la Française était en train de discuter avec les deux Asiatiques) lorsqu’il est passé devant eux et n’a de la place que pour deux.
Après une heure sur la route, nos chemins se séparent et nous revoilà sur le bas côté. Nous trouvons un panneau kilométrique pour nous abriter du vent et attendons patiemment devant une absence totale de trafic. Un cycliste vient à notre rencontre : pas de chance pour lui, il a le vent de face et il lui reste 130 kilomètres jusqu’à El Calafate… bon courage !
Quelques secondes après son départ et après seulement 30 minutes d’attente, nous serons pris par Pablo, un Argentin super sympa. Il fait des efforts pour parler intelligiblement et à plein de choses à raconter sur le pays, ce qu’il y a à travers la fenêtre, etc. De son côté, la vie ne semble pas facile tous les jours, il cumule les petits boulots : facteur, peintre, mécano, etc. Il nous explique que depuis le changement de gouvernement en décembre dernier, trouver du travail est devenu très difficile. Malheureusement, nous aurons du mal à comprendre quelles actions ont mené à cette situation.
Nous nous disons « au revoir » à l’entrée du centre-ville d’El Calafate et irons faire quelques courses dans un supermarché où les rayons sont tous pleins. C’est presque déstabilisant après quelques jours à faire toutes les échoppes d’El Chalten pour trouver pain, fromage et biscuits.
S’en suivra une étape de négociation avec l’auberge que nous avions ciblée avant de venir. Nous nous en sortirons avec brio puisque pour une fois ils s’alignent avec les prix vus en ligne et nous offrent la réduction de réservation à la dernière minute pour les deux nuits.

El Chalten, El Calafate

Auberge Bla Guesthouse, 180 ARS par nuit par lit (environ 10,70€) avec petit déjeuner, on s’y sent beaucoup plus à l’aise que dans l’auberge d’El Chalten. Le personnel est très sympa, la cuisine est bien équipée, la salle commune agréable et les chambres propres, le petit déjeuner est bon et complet. Malheureusement, le WiFi n’est vraiment pas top (malgré que pour une fois ce soit une connexion ADSL)

Il vaut mieux arriver très tôt (au lever du jour) à la sortie de la ville d’El Chalten pour être pris rapidement en stop pour El Calafate.
Dans la mesure du possible, jamais plus de deux personnes ensemble pour faire du stop.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *