Wagah Border

Wagah Border

Le matin, nous visitons le temple Mata, temple dédié à la déesse Lal Devi, lieu de prière des femmes désirant tomber enceinte. Et la visite vaut le détour, c’est peut-être le temple le plus original que nous ayons vu depuis le début de notre voyage. C’est très kitch, on se croirait dans une attraction de fête foraine ! C’est un circuit, on monte, on descend par des escaliers étroits, on rentre dans des gueules de crocodile, on se retrouve nez à nez avec des statues hyper colorées, au milieu de mosaïques de miroirs recouvrant murs et plafonds… Une belle découverte !

Nous retournons ensuite chez Vodaphone pour récupérer une carte SIM, promise hier. Lorsque nous arrivons, ce ne sont pas les mêmes personnes qu’hier, et on nous dit qu’il faut une référence, carte d’identité d’un Indien ou lettre de l’hôtel… Pareil chez Idea à côté. Bref, ce n’est pas gagné !

Nous prenons ensuite un bus local (le plus lent du monde) pour Attari, à 28 km d’Amritsar où se trouve la frontière avec le Pakistan, où se déroule tous les jours une célèbre cérémonie de fermeture de la frontière. Allons voir ça !
Nous arrivons tôt, les gradins se remplissent de plus en plus. Enfin, ce qu’il en reste, ceux-ci étant en re(dé)construction le jour où nous y étions. Le côté pakistanais était beaucoup plus classe ! Les Indiens d’un côté, les étrangers de l’autre (l’Inde est spécialiste pour séparer les choses : les hommes d’un côté, les femmes de l’autre, les locaux d’un côté, les touristes de l’autre…).
Après une heure d’attente, c’est carnaval ! On se croirait dans un stade avec tous ces drapeaux, ces visages peints aux couleur de l’Inde, un chauffeur de salle (oui, je vous assure !). D’abord, ça danse. Puis ensuite, c’est la traversée de drapeaux (femmes et enfants). Puis commence la cérémonie, dont le message n’est pas franchement pacifique, cocasse, avec les soldats qui tapent des pieds, s’approche de la frontière, l’ouvre, claquent la porte, sous les cris des gradins. Et même chose côté pakistanais. Quand on sait à quel point les Indiens haïssent les Pakistanais (et vice-versa), cette cérémonie est une blague, mais pas complètement…
Nous rentrons ensuite au temple, prendre notre deuxième dîner au Langar, où nous re-croisons Gagan, notre ami Indien de la veille, qui nous donne rendez-vous le lendemain pour nous aider à obtenir une carte SIM.

Temple Mata

Temple Mata

Temple Mata

Temple Mata

Temple Mata

Temple Mata

Temple Mata

Temple Mata

Amristsar

Amritsar

Amritsar

Amritsar

Wagah Border

Wagah Border

Langar, Golden Temple

Langar, Golden Temple

Amritsar

Golden Temple, en dortoir de 3 ou 10 (Sarai Shri Guru Ramdass Ji)

La cérémonie de fermeture de la frontière se déroule tous les jours à 16h15 (heure d’hiver) et 16h45 (heure d’été). Nous étions en hiver, hors week-end et nous sommes entrés sans problème et sans faire la queue. Rien à voir avec la cohue décrite sur Internet mais nous avons peut-être eu de la chance sur la date. Lorsque la cérémonie a commencé, les gradins étaient pleins.
Aucun sac et appareil électronique autre que le téléphone et l’appareil photo n’est autorisé. Nous avons lu qu’il ne fallait ni eau, ni nourriture également. Nous avons pu rentrer avec une bouteille d’eau (sans feinter, bien visible).
Il est facile de prendre un bus public pour se render à Attari. Il faut ensuite marcher deux kilomètres pour atteindre la frontière. Au retour, un bus public attend pile devant la frontière.

Bus Amritsar – Attari : 30 roupies (environ 0,45€)
Bus Attari – Amritsar : 35 roupies (environ 0,50€)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *