Côte péruvienne entre Lima et Huaraz

Côte péruvienne entre Lima et Huaraz

Réveil comme la journée s’est terminée… avec un film ! Cette fois-ci, ce n’est pas un gros film d’action bien bourrin mais un thriller (Inferno)… un peu trop cérébral pour moi, je préfère écouter un podcast et continuer une petite série sur un Londres où vivent vampires, créatures de Frankenstein et sorcières (je vous laisse faire vos suggestions sur le titre de cette série ;- )).

Nous arriverons à Lima à l’heure et nous remettrons en quête de ce foutu coussin de voyage qui fait défaut depuis un moment. Après avoir visités un petit centre commercial et subit un nouvel échec, nous irons manger et reprendre un bus pour Huaraz.
Un déjeuner de grande gastronomie… une nouvelle commande d’un plat avec frites qui est encore accompagné de plus de riz que de frites. La crème fraîche épaisse me manque…

Un nouveau trajet avec des films encore plus excitants… puisque de notre siège impossible de voir l’écran : bien joué les designers d’intérieur !
Ce sera donc un nouveau trajet podcasts / séries / somnolence.

Une fois à Huaraz, nous serons accueillis à l’auberge par l’un des propriétaires les plus sympa depuis le début du voyage. Il est plus de 22 heures et il prend le temps de nous expliquer ce qu’il y a à faire en ville, les différentes options de randonnées dans le coin, que faire en transport en commun et que faire via un tour parce que c’est moins cher, etc.

Après ce trajet au confort digne des qualités de centre de Bernard Mendy (feu la grande époque du PSG qui flirtait avec la relégation), nous nous écroulons…

Lima, Huaraz

Casa de Ana, Huaraz, 25 soles la nuit en dortoir de quatre avec petit déjeuner (environ 7,20 €), gérant les plus gentils du monde, cuisine basique, WiFi grognon, chambres propres, salles de bain propres, un peu excentré, petit déjeuner complet.

Pour aller de Lima à Huaraz, les compagnie Móvil Tours, Línea et Cruz del Sur ont bonne réputation (du coup, on a pris Zbuss… pas top)

Bus Lima – Huaraz : 35 soles (10€) mais il est possible de trouver moins cher (chez Línea, il semble que le trajet soit à 25 soles)

Les retrouvailles

Fêtons les retrouvailles

Après une nuit agitée, nous enchainerons des films moyens, et surtout tous moyennement doublés en espagnol (avec même un film français dans le lot : Un homme à la hauteur), nous continuerons notre route pour Cuzco. Nous sommes sur une route de montagne, les paysages sont très jolis et comme nous nous sommes éloignés de Lima et que nous passons par des villages, nous commençons à voir beaucoup de gens en tenue traditionnelle. Vers 16h, nous arrivons enfin à Cuzco. Nous marchons jusqu’à notre auberge, prenons une douche salutaire et vers 18h, ce sont les retrouvailles. Une petite bière, puis un petit restaurant pour une partie d’entre nous (à 5 soles (environ 1,50€) le menu pour entrée, plat dessert et thé !), l’occasion de tester un dessert typique, la mazamorra morada (dessert à base de maïs violet), puis une longue de nuit de sommeil pour nous remettre de nos trajets respectifs (et du décalage horaire).

Lima

Inka City Hostel, Cuzco, 17 soles (environ 5€) la nuit en dortoir de 12 lits avec petit déjeuner (on peut aussi planter une tente), assez bien, eau chaude, bon Wi-Fi, un peu juste en dimensionnement (manque d’espace pour poser les sacs dans les chambres, deux plaques chauffantes pour toute l’auberge et une seule douche)

La route est bonne (bien goudronnée) sur à peu près tout le trajet Lima – Cuzco

Menu dans un restaurant pas cher à Cuzco : 5 soles (environ 1,50€) pour entrée, plat, dessert et thé
Canette de bière 33 cL de Cuzquena Dorada : 2,5 soles (environ 0,75€)

En attendant le bus...

En attendant le bus…

Une journée peu productive, de transport et d’attente, avant de prendre un loooong bus jusqu’à Cuzco où nous allons retrouver la team 87 au complet (nos pot-lègues de boulot). Un bus, puis un métropolitano, et nous sommes à la gare de bus. Nous attendrons quelques heures avant de monter dans notre bus, finalement beaucoup mieux que ce à quoi nous nous attendions. Et nous sommes tout devant et avons donc plein de place pour nos jambes et aucun passage car nous sommes devant l’escalier. Nous commençons ce long trajet de quasi 24 heures avec un film de guerre des plus inutiles et bruyants qu’il soit… Nous aurons la chance de continuer avec des films un peu plus grand public (Jason Bourne, le 5ième épisode de la saga), certes pas excellents mais ayant le mérite de faire passer le temps plus vite. Nous n’y passerons pas meilleure nuit de notre vie, malgré le fait que le bus soit à moitié vide et qu’on puisse s’allonger sur deux sièges adjacents : alors qu’il faisait super chaud dans le bus et que la route était droite, pendant la nuit, on commence les virages pour monter jusqu’à Cuzco (nous passons du niveau de la mer à Lima donc 0m, à 3400m d’altitude à Cuzco), ce qui ne sera pas des plus confortables (mais la route est bonne et nous n’aurons au moins pas les bonds de 50 cm des bus indiens…).

Lima

Bus Lima Cuzco, EconoCiva

Les restaurants, même pas chers, ont des toilettes à Lima

Bus Lima – Cuzco, EconoCiva en semi cama sans aucun repas et sans Wi-Fi (le moins cher) : 80 soles (environ 23,52€)
Toilettes publiques : 0,50 soles (environ 0,15€)

Parroquia La Santísima Cruz, Barranco

Parroquia La Santísima Cruz, Barranco

Barranco District

Barranco District

Le matin, nous visitons notre premier marché gigantesque du Pérou : le marché Cooperativa Ciudad de Dios. On y trouve de tout, nous commençons par des kiosques de non alimentaire et très vite nous découvrons des rangs entiers de fruits et légumes, de viande, et de poisson. Et tout cela à des prix imbattables : 1 sol (environ 0,30€) le kilo de tomate, de carottes, de pommes de terre, 3 soles (environ 0,90€) le kilo d’avocats, 12 soles (environ 3,60€) le poulet entier… Nous y découvrons, avec Ombeline qui est une pro du produit péruvien, des spécialités du pays : les nombreuses variétés de pomme de terre et de bananes, la granadilla (sorte de fruit de la passion en plus sucré, que j’avais découvert en Equateur), le lucuma (fruit ayant un peu la texture d’un avocat et un peu le goût du café), les épis de maïs violet… Nous en profitons pour manger notre premier ceviche (plat à base de poisson mariné dans du citron).
Puis nous retournons chez Ombeline et Simon car nous avons rendez-vous avec Jean-Luc à 13h précise pour la dernière émission télé avec tous les candidats avant le premier tour de l’élection présidentielle ! Nous regarderons passer à peu près tous les candidats, et louperons malheureusement François, étant l’heure d’aller à la plage si nous n’avons pas envie de louper notre rendez-vous avec le soleil.
Lima est une ville balnéaire avec des plages en centre-ville. C’est donc face aux immeubles et aux falaises si propres à Lima que nous nous baignerons dans le Pacifique pour la première fois de notre voyage (pendant que certains testeront le sable uniquement ^^). L’eau est bonne (sans être vraiment chaude… comprendre froide de la bouche de ceux qui resteront sur le sable) avec de nombreuses vagues (comme je l’aime !).
Après cette petite baignade, nous regardons le coucher de soleil sur la côte, puis nous visitons le quartier Barranco, quartier un peu bobo situé juste au-dessus de la plage avec un peu de street-art et des bars-restaurants branchés. Nous nous baladons un peu dans ce quartier qui apparemment, est moins animé que d’habitude ce jour-là, y dégustons un Pisco Sour (50% de Pisco, 50% de jus de citron vert et un nappage de blanc d’œuf battu) en terrasse avant de nous rentrer car nous avons une partie de cartes qui nous attend ;).

Lima

Chez Simon et Ombeline, District de Surco

Course en taxi Ayacucho – Barranco : 10 soles (environ 3€)
Pisco Sour en terrasse à Baranco : 24 soles (environ 7€) les deux en happy hour (un acheté, un offert)
Un kilo de fromage péruvien : 12 soles (envion 3,50€)
Ceviche sur un marché : 6 soles (environ 1,75€)

Bord de mer de Lima

Bord de mer de Lima

Cathédrale de Lima

Cathédrale de Lima

Nous émergeons tranquillement, prenons un petit déjeuner à base de jus de fruit frais (trop bon) et vers midi, allons découvrir Lima. Nous prenons le métro pour nous rendre vers le centre-ville, descendons un peu avant pour découvrir un quartier plus populaire plein de marchés en tout genre (vélos, poucettes, casquettes, etc.). Nous retrouvons un peu le dépaysement que nous avions perdu en Argentine et au Chili, les rues vivantes, les vendeurs de rue de nourriture en tout genre. Nous y découvrirons également la cuisine péruvienne avec au menu : huancaina (pommes de terre avec une sorte de sauce entre le fromage fondu et la mayonnaise), arroz con pollo (poulet et riz avec une sauce typique du Pérou) et le refresco, que nous avions déjà découvert hier chez Ombeline et Simon, boisson (chicha morada) à base de maïs rouge et de sucre, servie en guise de boisson avec tous les plats péruviens. Et tout cela en quantité plus que suffisante et pour la modique somme de 9 soles (environ 2,70€). Nous retrouvons des prix qui nous permettrons de découvrir la gastronomie, chose que nous n’avons pas vraiment faite en Argentine et au Chili…
C’est donc après ce repas bien copieux que nous irons découvrir le centre historique de Lima, ses maisons coloniales espagnoles, la Plaza de Armas et le palais présidentiel, l’église du couvent de San Fransisco.
Puis nous prenons le metropolitano pour nous rendre au quartier Miraflores, où tous les touristes semblent se rendre. Comme Ombeline et Simon, nous ne comprendrons pas bien pourquoi ce quartier est si prisé. Il y contient plus de grandes tours que le reste de Lima, qui est assez bas avec ses maisons ne dépassant pas les trois étages et s’y succèdent les fast-food ou restaurants moyens à hauts de gamme (très peu de vendeurs de rue). On y trouve néanmoins une très belle vue plongeante sur la mer et les plages de Lima. Les falaises en bord de mer sont assez atypiques, la vue y est jolie et originale.
Puis nous retrouverons en bus chez Ombeline et Simon, histoire d’y passer une soirée à faire chauffer les cartes, comme au bon vieux temps à Fanpu…

Lima

Chez Simon et Ombeline, District de Surco

Lima a trois types de transports en commun :
> Le métro (aérien), 1,50 soles (environ 0,5€) le trajet + le prix de la carte qu’il faut acheter pour le prendre (ou demander à quelqu’un de vous faire passer avec sa carte et lui donner les sous)
> Le metropolitano, bus ayant une voie dédiée et évitant donc le trafic, pratique pour traverser Lima aux heures de pointe, 2,5 soles le trajet (environ 0,75€) + le prix de la carte qu’il faut acheter pour le prendre (ou demander à quelqu’un de vous faire passer avec sa carte et lui donner les sous)
> Les bus de ville, environ 1 sol (environ 0,30€), pour ceux-là, toujours demander au rabatteur du bus s’il va bien où vous souhaitez aller

Trajet en métro : 1,50 soles (environ 0,5€)
Trajet en bus : 1 sol (environ 0,3€)
Trajet en metropolitano : 2,5 soles (environ 0,75€)
Bière (630 mL) : entre 4 et 5,50 soles (entre 1,20€ et 1,70€)
Menu dans un restaurant pas cher : 9 soles (environ 2,70€)

Décollage !

Décollage !

C’est parti pour le Pérou. Nous partons de bonne heure, nous rendons au terminal de bus de Valparaiso, prenons un bus pour Santiago (partant 5 minutes après notre arrivée), puis prenons un autre bus depuis le terminal auquel nous arrivons jusqu’à l’aéroport. Nous arrivons à l’aéroport quatre heures avant notre vol, on est larges (enfin, très/trop large diront certains) !
Puis c’est parti pour un nouveau pays. Après 3h30 de vol au lieu de 4 heures annoncées (premier avion que nous voyons arriver avec une demi-heure d’avance), nous arrivons à Lima. Vue d’avion, la ville est ocre, avec de nombreuses collines. Le paysage est assez désertique. Le temps de négocier un taxi et nous voilà parti pour rejoindre Simon et Ombeline, amis tourdumondistes cyclistes rencontrés en Workaway quelques mois plutôt en Chine, installés à Lima pour quelques temps dans l’attente d’un heureux événement. Nous découvrons la circulation chaotique de Lima aux heures de pointe (1h15 pour faire une vingtaine de kilomètres), aurons droit à une émission télé des plus intellectuelles dans le taxi (une femme demandant un remboursement à l’entreprise ayant organisé une fête d’anniversaire pour sa fille car les salariés jouant les princesses étaient des hommes), émission qui au final, nous aura bien aidé à passer le temps.
Pendant qu’Ombeline assiste à une session de préparation à l’accouchement, nous testerons les bières locales avec Simon. Une soirée bien sympa à discuter de nos aventures respectives de voyage un peu et… des élections, beaucoup ;).

Valparaiso, Santiago, Lima

Chez Simon et Ombeline, Lima (district de Surco)

Pas besoin de réserver à l’avance les billets de bus pour Santiago depuis Valparaiso, il en part au moins tous les quart d’heure, voire plus, et il sont rarement complètement pleins.
En arrivant au Pérou, il vaut mieux retirer de l’argent à un distributeur BCP, qui ne prend pas de commission pour les retrait et permet de retirer jusqu’à 700 soles, quand d’autres limitent les retraits à 400 soles et/ou prennent une commision (GlobalNet par exemple, prend 18 soles pour un retrait maximum de 400 soles…).
Pour négocier un taxi à la sortie de l’aéroport de Lima, il vaut mieux sortir de l’enceinte de l’aéroport (aller plus loin que le parking). De nombreux taxis passent, ne paient pas le parking, et seront plus sujets à offrir des prix « normaux ».

Bus Valparaiso Santiago (Turbus) : 3000 CLP (environ 4,30€)
Bus Santiago Terminal Pajarito – Aéroport (Turbus) : 1700 CLP (environ 3,50€)
Taxi (négocié) Aéroport de Lima – District de Surco en heure de pointe : 45 soles (environ 13,25€), 40 soles de taxi et 5 soles de commission pour le gars ayant négocié pour nous