Notre premier stop du jour

Notre premier stop du jour

Notre deuxième stop du jour

Notre deuxième stop du jour

Le moyen de transport local que nous n'aurons pas testé aujourd'hui

Le moyen de transport local que nous n’aurons pas testé aujourd’hui

On commencer la journée par essuyer la tente. Beaucoup… Le taux d’humidité est énorme. On démarre notre marche et après à peine dix minutes, on se prend une méga averse ! Nous sommes trempés. Nous arrivons au village sous la pluie et sous les éclats de rire de la dame habitant la première maison du village, qui nous offre très gentiment deux tabourets et un peu d’eau pour patienter jusqu’à la fin de l’averse. Nous nous remettons ensuite en route. Nous croisons un deuxième village. Ça monte toujours. Un des gars du village nous ayant vu passer nous rattrape en tracteur (cf. première image de l’article) et nous propose de monter. Nous le prenons volontiers ! Il nous fera finir la monter et gagner deux ou trois kilomètres ! Entre temps, nous comprenons un peu plus où la route sur laquelle nous sommes nous mène : à Namo, village par lequel passe la route principale pour rejoindre notre cible Muang Xay. Nous changeons donc d’objectif : nous allons à Namo et de Namo nous ferons du stop jusqu’à Muang Xay. Et si jamais un véhicule à quatre roues nous double, nous essayerons aussi d’avancer un peu avec lui. Mais nous n’avons pas croisé un seul camion ou 4×4 dans notre sens depuis que nous sommes sur cette route… Il nous reste à peu près deux jours de marche, nous sommes préparés à les faire intégralement.
Nous croisons un troisième village. Il recommence à y avoir l’électricité et on commence à faire de moins en moins peur aux gens. C’est bon signe, on s’approche d’une « ville » ! Nous traversons la rivière par un pont suspendu un peu douteux (mais vu que les deux roues empruntent ce pont, nous pouvons y aller… ;)). A la sortie de ce village, alors que nous marchons depuis plus de trois heures, miracle ! Un camion s’apprête à nous doubler ! Et il va à Namo et veux bien que nous montions à l’arrière ! Nous sommes comme deux gosses, contents de ne pas avoir à marcher les vingt-deux derniers kilomètres (et de savoir qu’une douche s’approche) et grisés par le vent, debout à l’arrière du camion. Nous traversons des immenses plantations de bananes. Nous prenons quelques personnes dans un village au passage.

Terrain de pétanque, village laotien (les restes du protectorat français)

Terrain de pétanque, village laotien (les restes du protectorat français)

Vers 13h, nous sommes à Namo. Nous dégustons nos baozis achetés au milieu du village (ça change des noodles…) et nous mettons en route pour Muang Xay. Nous sortons du village et faisons du stop. Les camions nous évitent… C’est pas gagné ! Après une petite demi-heure, un 4×4 s’arrête et nous prend ! C’est parti ! Nous découvrirons qu’il s’agit en fait d’un Chinois et nous ne sommes pas surpris, les Chinois sont vraiment trop gentils et hyper aidant (il nous propose même des pommes et des bananes pendant le trajet) !

Trop fun, le tour en camion !

Trop fun, le tour en camion !

Plantation de bananiers

Plantation de bananiers

Nous arrivons vers 16h30 à Muang Xay, nous ne cherchons pas longtemps un hôtel, nous posons, prenons une des meilleures douches de notre vie et tant qu’on y est, on s’offre une heure de massage à 40000 kips (environ 4,60€, ce serait dommage de se priver) pour nous remettre de ces cinq jours de marche éprouvants. Au top !

Lieux : Environs de Luang Namtha (Laos)

Lithavixay Guesthouse, 70000 kip la nuit pour une chambre double privée avec salle de bain attenante (pas mal, accès au Wi-Fi non possible depuis toutes les chambres par contre)

Nous pensons qu’il n’est pas difficile de faire du stop sur les petites routes en terre peu empruntées (si des camions passent…).
Concernant les plus grandes routes, de ce que nous avons vu, les camions ne comprennent pas trop le principe et s’éloignent de nous quand nous essayons de les aborder. Mais nous n’avons pas essayé très longtemps avant de trouver. Par contre, sur les plus grandes distances ou les axes plus touristiques, c’est peut-être plus compliqué.

Une heure de massage laotien : 40000 kips (environ 4,60€)
Chambre double avec salle de bain à Muang Xay, Lithavixay Guesthouse : 70000 kips (environ 8€)

Le Laos, c'est vert (comment ça nous l'avons déjà dit ?)

Le Laos, c’est vert (comment ça nous l’avons déjà dit ?)

Une journée un peu différente. Après avoir eu notre visite traditionnelle du soir (il y a toujours au moins un mec qui passe à la lampe torche après la nuit tombée) et écouté le chant des grillons (dont un particulièrement virulent) toute la nuit, nous nous lançons dans notre marche du jour. Au premier village, à peu près dix minutes après être partis, un homme, parlant soit dit en passant très bien anglais pour le milieu de nulle part où nous sommes, nous indique d’aller à gauche pour Muang Xay, la route étant a priori plus courte qu’en prenant tout droit, comme nous en avions l’intention initialement. Nous nous retrouvons donc sur une route non indiquée sur notre GPS, sans trop savoir où nous allons, si nous allons vraiment croiser des villages, etc. Nous ne suivons plus ni la rivière, ni les poteaux de câbles électriques que nous suivions depuis le début. La route devient un peu plus étroite et surtout, bien moins empruntée. Nous y croisons essentiellement des scooters (ce qui est un peu dommage si nous voulons faire du stop au cas où nous soyons perdus). Et ça monte sévère (et sous cette chaleur et cette humidité, Alexis en souffre…), et le paysage se dégage un peu, ce qui nous offre de très jolies vues sur les montagnes laotiennes. Au bout de deux ou trois heures, nous croisons enfin un village ! Nous nous arrêtons au premier robinet du village pour nous réapprovisionner en eau, faire la vaisselle, etc. Nous sommes maintenant dans un village vraiment très reculé (du fait que la route ne soit pas indiquée sur les cartes), sans électricité, et nous sommes dévisagés, de loin, en train d’utiliser l’eau. Les enfants ont peur de nous, personne ne nous approche, au point de ne plus emprunter la route principale devant nous mais de faire un détour par les rues de derrière. Nous passons ensuite ce grand village. Nous croisons des locaux, beaucoup en scooter mais certains marchant le long de la route. Tous nous dévisagent le visage sévère en nous croisant, beaucoup se détendent et sourient lorsque nous lançons un « Sabaideee ! », mais certains restent au bord de la crise cardiaque. Si seulement nous avions pu photographier leurs visages en nous voyant… Nous venons pour visiter mais c’est nous qui sommes l’attraction !

Village laotien

Village laotien

Cahutte laotienne

Cahutte laotienne

"Il fait un peu chaud ici"

« Il fait un peu chaud ici »

Toujours la maison kitch en béton au milieu du village et de ses maisons en bois

Toujours la maison kitch en béton au milieu du village et de ses maisons en bois

Vers 16h, nous trouvons un endroit pour planter la tente proche d’une cahutte près d’un champ. Comme nous sommes vraiment devant la cahutte, nous attendons un peu histoire de demander aux personnes qui potentiellement habitent dedans si on peut planter la tente à côté. Nous voyons beaucoup de monde remonter du champ, on n’a pas l’air de déranger. Au bout d’un moment, une dame ouvre la cahutte en face de nous. Nous sommes en train de planter la tente. Nous lui demandons si nous pouvons rester, elle nous fait signe que oui. Soulagement ! Nos jambes ne nous auraient pas portées beaucoup plus loin et il fait bientôt nuit… La cahute n’est en fait pas habitée car la dame ne fera qu’y déposer quelques affaires et repartir. Nous amuserons bien un groupe de personnes rentrant du champ en tracteur…

Notre campement, près d'un champs (humidité maximale garantie)

Notre campement, près d’un champs (humidité maximale garantie)

Environs de Luang Namtha (Laos)

Tente, route en terre Luang Namtha – Muang Xay

Petit bateau sur l'eau

Petit bateau sur l’eau

Nous partons encore tôt, vers 8h. Nous récupérons de l’eau dans le village le plus proche et continuons d’avancer. Nous nous éloignons de Luang Namtha et arrivons dans des endroits de plus en plus reculés. Nous n’avons pas vraiment croisé un touriste depuis qu’on a quitté la ville à part quelques-uns dans un mini van la veille et deux cyclistes que nous croiserons dans la journée. Les gens commencent à nous dévisager. Nous passons dans des villages qui ont l’air vraiment organisés autour de la pèche : des gens fabriquent des filets de pêche dans les villages, nous voyons de nombreux bateaux partir le matin. En milieu de journée, nous tombons sur un tout petit marché, au milieu de nulle part (faisant très « aire d’autoroute »). Entre quelques légumes, étaient également vendues des petites grenouilles vivantes dans des sachets plastiques (on a dû s’approcher pour voir pourquoi les sacs bougeaient…), un castor et un ragondin (plus très vivants pour leur part…)… Nous n’avons pas mangé dans le petit restaurant attenant ;).

 

Le midi, nous nous arrêtons pour déjeuner dans un village. Nous serons littéralement dévisagés par une vingtaine d’enfants et quelques adultes du village, qui se poserons à côté de nous pour observer tous nos faits et gestes pendant tout le repas. Très accueillant, nous offrant deux tabourets pour nous asseoir, un peu d’eau et nous ouvrant même la porte d’une de leurs cahuttes pour que nous nous y installions. Un peu avant de partir, un homme nous approche une souris carbonisée… Nous continuons de manger nos noodles tranquillement en ayant très très peur de devoir y goûter. Finalement, il repartira avec (peut-être en ayant compris que ce cadeau ne nous emballait pas forcément…).

Comité d'observation

Comité d’observation

Les paysages et les villages que nous traversons sont vraiment très jolis et changent par rapport à ce que nous avons vu jusque-là. C’est très vert, très tropical. Beaucoup plus nature que la Chine avec ces maisons tout en bois (à l’exception des énormes paraboles présentes partout et parfois, d’une unique maison en béton style colonial qui tranche avec le reste).
Petit port

Petit port

Bateaux sur l'eau

Bateaux sur l’eau

Notre campement, dans le parking à scooter

Notre campement, dans le parking à scooter

Environs de Luang Namtha (Laos)

Tente, route en terre Luang Namtha – Muang Xay

La sortie de l'école

La sortie de l’école

Nous levons le camp assez tôt histoire de profiter des heures fraiches du matin pour avancer. Nous récupérons de l’eau à la rivière, galérant un peu pour descendre, avant de trouver un robinet environ cinq minutes plus tard, beaucoup plus accessible… A 10h, le soleil se pointe et se met à taper. Ça recommence à être dur pour Alexis. A 11h, nous nous trouvons un endroit très poser pour pouvoir manger. Nous y resterons jusqu’à 14h histoire de laisser passer les heures les plus chaudes de la journée puis nous nous remettons en route. Nous longeons toujours la rivière d’un côté puis les plantations d’arbre à caoutchouc de l’autre, nous passons dans des villages avec maisons en bois et paille sur pilotis, des animaux partout avec beaucoup de tout petits, que ce soit des chèvres, des cochons ou des chiens.

Quatre couleurs dominent : d’abord le vert, très vert, de la végétation, puis le marron, très marron, de la rivière, puis l’ocre de la route et des villages et le bleu du ciel. Nous trouvons un endroit pour camper, un peu au-dessus de la route. Comme à peu près tous les soirs pendant notre trek, après la nuit tombée, quelqu’un passe à la lampe torche, au milieu de nulle part…

Extraction de caoutchouc

Extraction de caoutchouc

Le vert laotien

Le vert laotien

Vole, petit papillon

Vole, petit papillon

Notre campement (on a dû grimper un peu)

Notre campement (on a dû grimper un peu)

Environs de Luang Namtha (Laos)

Tente, route en terre Luang Namtha – Muang Xay

Avec la chaleur, les gros sacs, le fait de devoir déplier, replier la tente et récupérer de l’eau régulièrement, nous marchons environ 5h par jour.
Il est assez facile de récupérer de l’eau dans chaque village, souvent il y a un robinet au milieu du village permettant de se servir facilement. Et il y a des villages environ toutes les deux heures (parfois plus mais c’est rare).
Il y a également au moins un petit magasin où récupérer quelques vivres dans chaque village.
Il est également assez facile de trouver des endroits où planter la tente. Par contre, c’est très rarement à côté d’un point d’eau.

Vendeur de crêpes, Luang Namtha

Vendeur de crêpes, Luang Namtha

Ayant les idées un peu plus claires, nous commençons à planifier un peu.

  1. Nous ferons l’impasse sur le Myanmar : nous aurions eu à peine trois semaines (dont tous les temps de transport) ce qui est peu, nous avons un peu peur de ne pas réussir à sortir des sentiers touristiques, nous pensons aussi que ça peut ressembler pas mal au Laos en termes de paysages donc nous voulons tenter quelque chose de différent. A la place, nous passerons trois semaines de plus en Inde : deux semaines à Andaman, des îles paradisiaques indiennes au large de la Thaïlande (pour passer Noël :)) et une semaine de plus en Inde continentale.
  2. A Luang Namtha, nous ne voulons pas prendre de trek organisé dans la jungle (deux jours avec nuit dans un village ethnique). Nous envisageons de prendre une route en terre et de marcher de Luang Namtha à Muang Xay (environ 160 km), où nous pourrons prendre un bus soit pour Nong Khiaw, petit village tranquille où beaucoup de touristes passent pour se poser quelques jours, soit pour Luang Prabang, ville touristique par excellence du Laos. Nous retournons voir Thong dans l’après-midi histoire d’avoir son avis sur ce que nous envisageons de faire. Nous avons surtout une inquiétude : ne prend-t-on pas un risque à marcher et camper dans des endroits inconnus du Laos sachant qu’il reste encore de nombreuses munitions non explosées dans le pays ? Nous lui montrons la route que nous pensons prendre, et il nous rassure sur tous les points : déjà, il ne saute pas au plafond en nous disant que c’est vraiment une mauvaise idée, il nous dit que non, il n’y a pas de munitions non explosées dans cette région, que nous allons suivre une route de terre et qu’il est possible de camper, et même de faire du feu au bord de la rivière et que si on donne un petit quelque chose, il doit également être possible de dormir dans les villages. Yes ! On a au moins notre programme pour la semaine qui vient !
  3. Nous commençons à regarder les billets pour et depuis l’Inde, les prix sont un peu élevés. Nous n’arrivons pas à nous décider, nous laissons reposer jusqu’au lendemain… ou à la semaine prochaine. On verra !

Contents des informations obtenues, nous nous baladons un peu dans Luang Namtha, allons voir un temple en construction qui ne devrait pas être terminé avant trois ans, faute de moyens, discutons avec un moine à côté du temple qui étonnamment parle quelques mots d’anglais ! Il fait chaud, il fait vraiment chaud ! C’est la première fois qu’on peut vraiment passer la journée en tee-shirt depuis le début de notre voyage, ça change !

Temple en construction, Luang Namtha (ne pas regarder l'intérieur...)

Temple en construction, Luang Namtha (ne pas regarder l’intérieur…)

Luang Namtha (Laos)

Zhong Lao Hotel, 60000 kips la chambre double, avec Internet mais sans eau chaude (environ 7€)

La poste ferme tôt (à 17h30, elle est fermée).

Timbre pour l’Europe : 13000 kips (environ 2€)
Impression de photo dans Luang Namtha : 3000 kips (environ 0,35€) par photo (tirage couleur 10cm x 15cm mat)
Noodle soup au night market de Luang Namtha : 10000 kips (environ 1,15€)