Route de Permët à la frontière Grèque

Route de Permët à la frontière Grèque

Terres albanaises

Terres albanaises

Une grosse journée de route aujourd’hui, pour rejoindre Korça, ville située dans les terres, au sud-ouest du pays, proche des frontières de la Grèce et de la Macédoine. Mais une très belle route, notamment entre Përmet et le poste de frontière avec la Grèce de Kakavia. Nous longeons deux cours d’eau couleur bleu ciel, sur fond de hautes montagnes magnifiques pendant une trentaine de kilomètres. Puis nous nous enfonçons dans les terres, dans un paysage montagneux beaucoup moins abrupte et plus vallonné, sur fond d’arbres aux couleurs de l’automne.

Nous nous arrêterons pour déjeuner dans un restaurant ultra prisé par les locaux le samedi midi, dans le village de Boboshticë (Taverna Antoneta), super grand, avec des tables dans un jardin super bien aménagé, tout en bois… Franchement stylé. En plus le service a été très rapide malgré le monde (le service est toujours très rapide globalement, mais d’habitude, nous sommes quasiment tous seuls…), et j’aurais eu l’occasion de boire un vin local pas trop mal (pas trop sucré pour une fois).

Repus, nous montons quelques kilomètres jusqu’au village de Dardha, très beau petit village de montagne, visiblement station de ski l’hiver. Le village et l’immense hôtel Dardha (qui doit être franchement stylé et dont les prix n’étaient pas si chers en cette saison (50€ la nuit en chambre double)) offrent de superbes vues sur les montagnes environnantes.

Skis au village de Dardha

Skis au village de Dardha

Parmi les très nombreuses ruches du pays

Parmi les très nombreuses ruches du pays

Une maison typique albanaise (construite mais probablement jamais habitée)

Une maison typique albanaise (construite mais probablement jamais habitée)

Puis, à nouveau cap sur Korça, dont nous allons visiter la brasserie. Il est 16h environ, et la brasserie est fermée le lendemain car on sera dimanche. Nous posons nos sacs dans notre guesthouse et hop, direction la brasserie.

Qui bien sûr sera fermée… Nous nous rabattrons donc sur une petite visite du centre ville, et une bière dans un Irish Pub ne servant pas de Guinness (mais de la Chimay). Nous sommes samedi soir et l’animation du centre ville laisse pas mal à désirer… Les seuls bars pleins sont celui qui fait face à la cathédrale (ceux du reste de la rue piétonne sont quasiment vides) et les cafés de paris sportifs, avec une population exclusivement masculine. Ces bars sont extrêmement nombreux dans toutes les villes que nous avons faites en Albanie : souvent pas très décorés, avec de nombreux écrans diffusant chacun des matchs de foot et résultats.

Cathédrale de Korça

Cathédrale de Korça

Vue depuis la tour panoramique de Korça

Vue depuis la tour panoramique de Korça

Përmet, Korça

Bujtina Vasili, 25€ la nuit en chambre double avec salle de bain et petit déjeuner. Chambre très agréable, guesthouse un peu excentrée mais proche de la brasserie (globalement, il y avait de meilleures options mais plus disponibles pour le samedi soir en s’y prenant la veille).

La route entre Përmet et le poste de frontière avec la Grèce et Kakavia est globalement en moins bon état que les autres routes du pays (vieille route, nombreux nids de poules). Rien d’insurmontable mais il vaut mieux être vigilant.
La brasserie Korça est ouverte du lundi au samedi entre 10h et 16h.

Bière belge dans un pub : 450/500 lek (4€).

Pont scénique des sources thermales de Benja

Pont scénique des sources thermales de Benja

Nous commençons la journée par le petit déjeuner le plus complet que nous ayons eu depuis notre arrivée, et par une découverte culinaire intéressante : le beurre de lait de chèvre (la consistance de la margarine, avec un léger goût de fromage de chèvre). Ce qui nous a donné des tartines beurre de chèvre/miel franchement pas mal pour démarrer la journée !
Nos byrek (sorte de tourte / beignets locaux fourrés au épinards et fromage en l’occurrence) en sac et nous descendons la route pour une petite randonnée jusqu’à une cascade.

De temps en temps depuis que nous avons quitté Shkodër, nous nous arrêtons pour prendre des Albanais qui marchent le long de la route. Souvent, on les avance de quelques kilomètres, mais il nous est arrivé d’amener certaines personnes à plusieurs dizaines de kilomètres. A la sortie de Përmet, c’est une vieille dame avec un sac de pommes de terre qui lèvera le bras et que nous prendrons avec nous. Comme en général on a du mal à se comprendre eux et nous (c’est souvent des personnes plutôt âgées qui n’ont pas eu l’occasion d’apprendre l’anglais que nous prenons), on leur dit où on va et on attend qu’ils nous arrêtent. Donc nous disons a la mamie où on va, et on attend qu’elle nous arrête. Et arrive le moment, au bout de bien 40 minutes, où nous quittons la route principale pour nous rendre dans le village d’où commence la randonnée. Et elle nous indique vouloir continuer avec nous. Ok… nous espérons qu’elle ne pense pas qu’on fait juste l’aller retour et qu’on continue sur la route principale ensuite ^^. Nous sommes sur une route caillouteuse pas très rassurante pour notre voiture de location. Si nous n’avions pas eu mamie à l’arrière, nous aurions sûrement garé la voiture juste après le pont douteux que nous avons pris, en commençant la randonnée 3 kilomètres plus tôt. Mais nous avons mamie à l’arrière, avec son sac de patates, donc nous continuons précautionneusement sur la route. Quelques kilomètres plus tard, nous décidons qu’en haut de la pente, mamie ou pas, nous arrêterons les frais et laisserons là la voiture. Et en haut de la pente, mamie nous dit qu’elle est arrivée ! Incroyable… Personne ne l’aurait ramenée aussi proche de chez elle, les autres voitures l’auraient déposée sur la route et elle aurait dû monter 1,5km avec ses pommes de terre pour rentrer chez elle ! Elle a dû se trouver tellement chanceuse quand on lui a dit qu’on allait précisément dans son village. Et on était bien juste devant chez elle car la voilà qui soulève le rondin de bois juste à côté du portail pour en sortir sa clé et nous inviter à nous asseoir pour nous remercier. Franchement, elle était prête à se mettre à cuisiner juste pour nous ! Mais nous nous en sortirons juste avec des petits sablés, une cuillère à soupe de miel servie dans un assiette à manger à la cuillère (une louche pour Alexis qui n’a pas réagi assez vite au réapprovisionnement de l’assiette) et un sac de pommes et de noix à emporter… (qui viennent donc s’ajouter aux deux kilos d’oranges déjà offert il y a quelques jours par la mamie de la guesthouse de Qeparo). En continuant comme ça, d’ici quelques jours, on aura suffisamment de provisions pour se mettre en bord de la route et vendre nos produits ^^.

Cascade de Sopotit

Cascade de Sopotit

Vue depuis le haut de la Cascade de Sopotit

Vue depuis le haut de la Cascade de Sopotit

C’est donc le ventre plein et en hyperglycémie que nous nous lançons dans notre randonnée jusqu’à la cascade de Sopotit. Lorsque nous arrivons en haut du village, contrairement à la veille, la randonnée est indiquée par un panneau. Nous entamons la marche un peu plus sereinement. Ça grimpe assez vite et le paysage est franchement pas mal. Nous avions peur de faire une petite randonnée sans trop d’intérêt, mais finalement, nous montons, la vue est dégagée et nous ferons donc une randonnée assez stylée. Nous ne sommes pas les seuls, nous rattrapons après quelques kilomètres trois Albanais (un guide et deux touristes), également en randonnée vers la cascade. Arrivés au pied de la cascade, le guide nous dit que nous pouvons monter encore plus haut pour avoir une vue magnifique sur la vallée et les montagnes. “It’s a little bit difficult but it can be done, I’ve done it many times”. Nous nous aventurons donc sur un terrain caillouteux hyper glissant, jusqu’à un effectivement très beau point de vue.

Nous déjeunerons là, au soleil, avec une vue superbe et le son des clochettes d’un troupeau de chèvres en fond sonore. Trop posés. Avant d’entamer une descente d’une vingtaine de minutes assez périlleuse, de retrouver le vrai chemin et de redescendre à la voiture par un sentier avec des points de vues superbes. En arrivant au village, nous tombons sur trois villageois nous expliquant qu’ils ramassent les feuilles et fruits d’un arbre qui sont vendus en Allemagne pour faire des médicaments contre les maladies cardiaques, et sur nos trois collègues Albanais qui mangent des kakis franchement cueillis dans l’arbre au dessus d’eux.

Arrivés à la voiture, nous retrouvons bien sûr mamie qui ne pourra pas s’empêcher d’ajouter deux gros kakis à notre doggy bag et nous donnera droit à notre bisou d’adieux :).
Sur la route du retour, nous nous offrons un petit bain dans les sources thermales de Benjat, que nous baptiserons sources tièdes (l’eau étant à 25°C, le qualificatif “chaud” a été interdit par Alexis), dans un décor franchement stylé, avant de retourner à Përmet.

Site assez classe des sources thermales de Benja

Site assez classe des sources thermales de Benja

La vraie récompense d'Alexis en fin de journée

La vraie récompense d’Alexis en fin de journée

Kakis !!

Kakis !!

Cascade de Strëmbec et Sources tièdes de Benjat

Funky Guesthouse, 25€ la nuit la chambre triple avec petit déjeuner (buffet bon et assez complet). Chambre ultra moderne, spacieuse, hôtes très accueillants. Pas la moins chère que nous ayons eue mais on s’y sera sentis très bien.

A partir de fin octobre, il commence (quand même) à faire (un peu) froid quand le soleil ne tape pas (surtout en soirée dans les régions montagneuses).
Nous avons testé une autre randonnée de l’Office de tourisme de Përmet : les cascades de Sopotit. Une petite randonnée vraiment sympa, assez bien indiquée. Certains passages sont un peu glissant (sur des cailloux) et il vaut mieux avoir des bonnes chaussures. http://www.visitpermet.org/permet/index.php/en/hiking-trails/45-hiking-/158-sopotit-waterfall

Parking des sources thermales de Barbara : 100 lek (0,80€ – mais hors saison il n’y avait personne pour nous faire payer).

Vue aux alentours de Permët

Vue aux alentours de Permët

Nous quittons la côte pour rejoindre les montagnes du sud de l’Albanie. Nous reprenons la route de l’avant veille dans le sens inverse et direction Përmet, une ville où il est apparemment possible de randonner aux alentours. Ce sera une journée tranquille, où nous ferons une petite randonnée autour de la ville, pas extraordinaire mais sympathique quand même.

Saranda, Përmet

Funky Guesthouse, 25€ la nuit la chambre triple avec petit déjeuner (buffet bon et assez complet). Chambre ultra moderne, spacieuse, hôtes très accueillants. Pas la moins chère que nous ayons eue mais on s’y est sentis très bien.

Nous avons testé une des randonnées du site de l’office de tourisme de Përmet, celle située juste à côté de Përmet, qui part du village de Buhal (http://www.visitpermet.org/permet/index.php/en/hiking-trails/45-hiking-/153-buhal-hike). La randonnée était sympathique sans être extraordinaire, mais surtout, elle n’était pas du tout indiquée ni évidente à trouver ! Heureusement que le tracé GPS est disponible sur leur site et que nous avions Internet pour le retrouver…
Nous avons dîné au restaurant Trifilia, plats très bons et prix très abordables.

Byrek dans une boulangerie : 50 lek (0,40€)