Lune

Lune

Ravis du lever de soleil de la veille, nous mettons à nouveau le réveil pour observer celui d’aujourd’hui depuis notre nouveau campement. Le ciel étant voilé et la montagne d’en face non orientée face au soleil levant, celui-ci sera moins spectaculaire que la veille (mais nous n’avons marché que cinq minutes pour le voir et cela nous aura permis de prendre notre petit déjeuner dans un très beau paysage dégagé plutôt que dans le bois du camping). Nous levons le camp vers 10h avec Sebastian, notre nouveau compagnon de marche allemand avec qui nous avons déjà passé trois nuits et quelques repas. Il nous faudra 2h30 pour sortir du sentier et rejoindre une route de cailloux, sur un chemin facile ce qui fait du bien après la longue descente de la veille, la dernière demi-heure offrant une très belle vue sur la vallée vallonnée de Villa Cerro Castillo. Puis nous mettrons environ 1h30 pour pour rejoindre Villa Cerro Castillo, la dernière heure et demi étant interminable… Ayant enfin atteint Villa Cerro Castillo vers 14h, nous nous posons pour dévorer nos deux derniers sandwichs au fromage avant de lever le camp direction Puerto Rio Tranquillo, 120 kilomètres plus loin. Après cette semaine de stop et de randonnée, l’objectif est de nous poser au moins une journée pour nous reposer, faire quelques lessives et faire quelques recherches pour la suite de notre périple. Sebastian nous avait indiqué une adresse de rêve à Villa Cerro Castillo pour faire ça à moindre coût, malheureusement, la qualité de la connexion Wi-Fi ne répond pas au dernier critère cité et nous décidons de pousser immédiatement jusqu’à Puerto Rio Tranquilo, notre destination suivante. Nous sommes repartis pour lever le pouce.

Lever de soleil depuis le camping Neozelandais

Lever de soleil depuis le camping Neozelandais

Lever de soleil depuis le camping Neozelandais

Lever de soleil depuis le camping Neozelandais

Lever de soleil depuis le camping Neozelandais

Lever de soleil depuis le camping Neozelandais

Deux couples étant déjà en train d’attendre dans la ville, nous décidons de marcher un peu plus loin pour tenter notre chance. Au bout de peu de temps, un vacher nous prend pour nous amener 28 km plus loin, au bord d’une rivière au milieu de nulle part, nous faisant traverser des paysages vraiment vraiment vraiment beau. Le Mirador Las Confluencias, ouverture sur une grande plaine marécageuse pleine de roseaux, au Sud de Villa Cerro Castillo, est juste magnifique. Dommage que nous n’ayons pas pu nous arrêter pour prendre une photo et en profiter un peu plus.
Au milieu de nulle part, donc, nous attendrons plus d’une heure dans le vent, comptant les rares voitures passant devant nous sans nous prendre, avant qu’enfin quelqu’un s’arrête (quelqu’un ayant déjà dans son pick-up un des couples qui attendait à Villa Cerro Castillo). Enfin ! Nous ferons avec eux environ 90 km jusqu’à Bahia Murta, avant de relever le pouce pour les 25 km restants, un peu épuisés de notre trek et de notre journée. Lorsqu’un bus allant à Puerto Tranquilo nous propose de monter pour 1000 CLP (environ 1,50€) par personne, nous ne nous faisons pas prier. Vers 19h, nous voilà à Puerto Rio Tranquilo, à faire la tournée des campings à la recherche du camping de rêve avec une connexion Internet potable et un endroit où se poser pour passer les deux prochaines nuits. Après avoir comparé, nous nous posons dans le plus cher de la ville, mais au moins, nous sommes bien calés pour les prochains jours !
Dans ce camping, nous retrouvons une Japonaise avec qui nous avons campé deux nuits plus tôt pendant notre trek et, plus surprenant, Emma et Claudio, nous ayant pris en stop une semaine plus tôt entre Bolson et Esquel, à la fin de notre première journée de stop pour venir jusqu’ici !

Parc National Cerro Castillo, Puerto Rio Tranquilo

En tente, camping Bellavista, Puerto Rio Tranquilo

Nous avons mis (avec les gros sacs et sans compter les pauses) 4h environ (en marchant très vite) pour aller depuis le camping Néozélandais au centre de Villa Cerro Castillo.
Dans Puerto Rio Tranquilo, il y a plusieurs campings, dont les prix vont de 3000 CLP (environ 4,30€) pour un endroit très très basique sans salle intérieure, à 5000 CLP (environ 7,14€) (nous n’avons pas testé ceux étant un peu à l’exérieur de la ville).

Panorama du deuxième col du trek

Panorama du deuxième col du trek

Aujourd’hui, levés « aux aurores » pour regarder le lever du soleil sur le Cerro Castillo et son glacier. Après 25 minutes de montée à flanc de montagne, nous arrivons au point de vue, il est 8 heures. Nous aurons vu la meilleure partie de ce spectacle dans la montée avec un Cerro Castillo rouge-rose-orangé au fur et à mesure de l’ascension du soleil. Nous resterons tout de même une grosse heure à admirer ce paysage et à écouter le glacier se craqueler et tomber plusieurs dizaines de mètre plus bas. Ce qui nous laissera le temps de prendre quelques photos avec notre collègue randonneur allemand (Sebastian).

Après être redescendus et avoir plié bagage, nous partons pour la randonnée du jour qui débouchera à peine dix minutes plus tard sur un superbe lagon au pied du Cerro Castillo. Une fois encore, ce sont les couleurs de cet endroit qui nous impressionnent le plus. Il y a un grand soleil, c’est très calme et magnifique : c’est le point d’orgue de ce trek.

La marche se poursuit ensuite vers un col à passer qui après une heure et quart de montée nous donnera droit à une vue sur la vallée de Villa Cerro Castillo. On y voit à des dizaines de kilomètre à la ronde, ça rappellera l’Ethiopie et ses hauts plateaux à Carole.

La descente sera longue et pénible (ou fun selon les goûts :- )) avant une dernière petite montée pour rejoindre le camping des Néozélandais. Pendant la descente, nous ferons connaissance avec Christian, un Chilien de Santiago en vacances en Patagonie. Jusqu’ici nous ne connaissions de lui que ses chaussures complètement délabrées et réparées avec un peu de duck tape à plusieurs reprises. Maintenant, nous savons qu’il est architecte d’intérieur à son compte. Une bonne opportunité d’exercer mon espagnol (toujours aussi catastrophique) mais surtout de partager un peu plus la vie des Chiliens.

Une fois arrivés au camping, nous plantons la tente et dinons avec Sebastian (le randonneur allemand). Il est étudiant en médecine, on discutera un peu du système d’enseignement de la médecine en Allemagne mais surtout de ce que l’on peut manger en trek ! Il est végétarien et nous fera une nouvelle démonstration de cuisson de « soy meat » / « carne vegetal ». La particularité de la viande de soja, c’est qu’elle est très protéinée mais surtout qu’elle gonfle jusqu’à absorber trois fois son volume d’eau. Durant un trek, ça a l’avantage de ne pas être trop lourd, d’apporter du goût et de compléter les besoins nutritifs.

Lever de soleil sur le glacier

Lever de soleil sur le glacier

Laguna Castillo

Laguna Castillo

Laguna Castillo

Laguna Castillo

Laguna Castillo

Laguna Castillo

Glacier

Glacier

Vue sur la vallée depuis le deuxième col

Vue sur la vallée depuis le deuxième col

Coucher de soleil depuis le camping des Neozélandais

Coucher de soleil depuis le camping des Neozélandais

Parc National Cerro Castillo

En tente, Parc National Cerro Castillo, camping Neozelanders

Nous avons mis (avec les gros sacs et sans compter les pauses) 5h10 environ pour aller depuis le camping Tetera au camping Neozelanders.

Premier col du trek

Premier col du trek

Glacier

Glacier

Le temps s’est mis au beau, spécialement pour cette superbe journée de randonnée. Après un petit déjeuner au soleil, nous marchons environ une heure dans un bois puis une autre heure sur un sol beaucoup plus rocheux et sans végétation, nous permettant d’avoir une très jolie vue sur la vallée d’où nous venons. Après avoir fait une pause réparation de chaussures d’un collègue randonneur (notre duck tape sert !), nous passons un long col étroit entre deux montagnes avant que la vue ne se re-dégage, pour le meilleur. Nous apercevons des glaciers magnifiques, surmontant de nombreuses cascades. Superbe ! Nous descendons sur un terrain rocheux pas très agréable (mais quelle vue !) pendant environ une heure trente avant d’entrer à nouveau dans un bois, se dégageant de temps en temps pour nous laisser une vue magnifique sur d’autres glaciers gigantesques. Nous nous arrêtons pour déjeuner sur l’une de ces vues dégagées, puis re-marchons une heure avant d’atteindre notre campement. Sur le chemin, nous passons juste en bas d’un de ces énormes glaciers, se découvrant de manière inattendue à la sortie d’un bois. Très belle image pour finir la journée.

Jolie montagne

Jolie montagne

Villa Cerro Castillo

Villa Cerro Castillo

Joli arbre

Joli arbre

Vue depuis le campinp Tetera by night

Vue depuis le campinp Tetera by night

Parc National Cerro Castillo

En tente, Parc National Cerro Castillo, camping Tetera

Nous avons mis (avec les gros sacs et sans compter les pauses) 5h15 environ pour aller depuis le camping Rio Turbio au camping la Tetera. La descente depuis le col jusqu’au premier camping est assez pentue.

Rivière près du camping Rio Turbio

Rivière près du camping Rio Turbio

Nous nous levons sous un temps mitigé : il fait un grand soleil mais il pleut en même temps et quelques rafales de vent nous glacent un peu… Nous prenons notre temps et vers 11h15, nous nous mettons en route, sous un temps toujours très étrange (qui durera toute la journée). Nous sommes à nouveau au milieu de troupeaux de vaches. Au bout d’une heure, nous croisons un randonneur allemand dans l’autre sens en train de se sécher les pieds. Nous comprenons ce qui va nous arriver… : nous devons retirer les chaussures pour traverser une rivière glaciale… Ca a fait mal… A ce même moment sort de nulle part un cowboy Chilien à cheval (avec un sur-pantalon en peau de mouton) en train de faire traverser les vaches de l’autre côté de la rivière.
Une demi-heure plus tard, nous devons à nouveau traverser une rivière glaciale pieds nus… (les plus malins… ou qui aiment le moins l’eau froide trouverons un petit passage pour éviter de traverser la rivière pieds nus). Heureusement la dernière de la journée !
Le temps devient de plus en plus froid, il vente, il pleut un peu, tout en faisant encore soleil. Heureusement, la marche est facile.
Vers 14h, nous arrivons à ce qui nous semble être l’entrée du parc. Comme la veille, on nous rappelle que l’entrée est 5000 pesos, mais comme hier, il n’y a personne pour les collecter. Nous continuons notre chemin, faisons une pause pour pique-niquer, puis remarchons environ une demi-heure pour atteindre le camping Rio Turbio, très grand camping, abrité du vent, proche d’une rivière. Nous nous y posons assez tôt (vers 15h), prenant le temps de planter la tente, de prendre un thé, de discuter avec un (autre) Allemand en voyage pour 5 mois en Argentine / Chili, diner et nous enfoncer dans notre sac de couchage vers 20h, avant la nuit (car oui, ça caille…).

Arbre éventré

Arbre éventré

Parc National Cerro Castillo

En tente, Parc National Cerro Castillo, camping Rio Turbio

Nous avons mis (avec les gros sacs et sans compter les pauses) 4h environ pour aller depuis Las Horquetas (départ de la route) jusqu’au camping Rio Turbio.
La plupart des campings ont des toilettes dans le parc.

Premier campement dans le Parc National Villa Cerro Castillo

Premier campement dans le Parc National Villa Cerro Castillo

Nous nous réveillons tranquillement, déjeunons tranquillement, prenons une douche (gros avantage du camping organisé !), allons tranquillement faire nos dernières courses avant de ranger tranquillement la tente. Nous achetons le gaz le moins cher du monde (2000 CLP la bouteille, environ 2,90€), puis retirons de l’argent dans une banque qui nous enflera moins qu’à l’arrivée au Chili (4738 CLP pour un retrait de 200 000 CLP, soit 2,4%). En plus, le cours du peso chilien a évolué en notre faveur (passant de 680 à 710 pour un euro). Nous sommes bien. Nous nous offrons deux empanadas pas terribles mais pas chères.

Vers 14h, nous partons du camping, sous un très beau soleil, pour faire du stop jusqu’au départ de notre randonnée, environ 70 km au Sud de Coyhaique. Nous remontons la côte qui nous sépare de la Carretera Austral et sortons de la ville. Nous ne sommes pas les seuls à faire du stop… Nous dépassons un groupe de quatre également en train d’attendre. Nous marchons pour nous poser un peu plus loin, et juste avant d’avoir eu le temps de se poser, nous sommes pris en stop par un habitant de Coyhaique allant chercher un ami à l’aéroport de Balmaceda. Il nous fera découvrir un célèbre groupe chilien (Los Jaivas), dont le chanteur, exilé en France depuis le régime de Pinochet, est décédé la veille. Nous ferons les 40 premiers kilomètres vers notre destination musique chilienne et voiture à fond, sous un soleil et des paysages montagneux magnifiques. Grisant !

Une fois déposés, nous ne sommes à nouveau pas tout seul à la jonction avec la route menant au début de notre trek. Six personnes (deux groupes de trois, dont trois campeurs venant du même camping que nous) sont déjà en train d’attendre. Comme d’habitude, nous remontons un peu la route pour aller lever le pouce plus loin. Sous un vent de fou, nous attendons patiemment les quelques voitures passant sur cette route… (Le trafic n’est pas hyper dense sur cette route…). Au bout d’une demi-heure, nous sommes pris en stop par un autre habitant de Coyhaique allant réparer une chaudière à Villa Cerro Castillo. Bingo, nous faisons les 26 kilomètres qui nous manquent.

Une fois déposés, nous croisons un Van d’un couple Belge (+ un couple d’auto-stoppeurs français) cherchant un endroit où poser le Van pour la nuit. Nous discutons un peu avec eux, la tentation est forte de poser la tente à côté de leur Van pour passer la soirée avec eux mais nous préférons avancer pour raccourcir la journée du lendemain. Lorsque nous passons l’entrée du parc, il n’y a personne, nous épargnant 5000 CLP chacun d’entrée (environ 7,20€). Nous marcherons une heure au milieu de troupeaux de vaches et de chevaux avant de nous poser au bord de la rivière sur un terrain idéal pour planter et au milieu de quelques vaches. Nous sommes trop posés pour finir la journée aussi tranquillement que nous l’avions commencée.

Coyhaique, Parc National Cerro Castillo

En tente, Parc National Cerro Castillo

L’entrée dans le Parc National Cerro Castillo coûte 5000 CLP (environ 7,20€). Hors saison et en arrivant vers 16h30, personne n’était là à l’entrée.
La Conaf de Coyhaique ne fournit pas de renseignements sur le Parc National Cerro Castillo. Il faut se renseigner auprès des gardiens du parc quelques kilomètres avant le début du sentier.

Bouteille de gaz moyenne dans un grand magasin de bricolage : 2000 CLP (environ 2,90€)
Frais de retrait chez BCI : 4738 pour un retrait maximum de 200000 CLP (6,80 pour 285€)