En face de la gare de Lijiang (bah quoi, on n'a pas pu visiter grand chose ce jour là...)

En face de la gare de Lijiang (bah quoi, on n’a pas pu visiter grand chose ce jour là…)

C’est reparti pour vingt-quatre heures de transport ! Nous nous levons et allons faire quelques courses pour le bus et le train. Nous achetons les baozis les moins chers du voyage (1 yuan l’unité, environ 15 centimes) là où nous avons diner la veille, le temps de regarder les yeux effarés cinq minutes des ouvriers en train de détruire au marteau l’immeuble sur lequel ils sont et nous montons dans le bus… Nous reprenons la route de l’aller, naviguant sur les routes de montagnes, toujours aussi jolies. Nous croisons des lacs, des rivières, les paysages montrent de plus en plus de terres cultivées au fur et à mesure qu’on avance vers Lijiang, avec toujours ces sommets enneigés en fond et des paysages toujours aussi escarpés. Nous arrivons à Lijiang en milieu d’après-midi, récupérons un bus pour la gare, et achetons nos billets pour le prochain train. Quatre trains partent de Lijiang pour Kunming le soir, seulement deux avec du hard seat, mais il ne reste plus de places en hard seat pour aucun d’entre eux (et je ne suis pas capable d’envisager le standing…). Nous allons donc tester le soft seat aujourd’hui, on monte en gamme !

Nous nous installons près d’une prise pour attendre le train (quatre heures d’attente), ce qui nous permettra de sociabiliser avec moult Chinois pendant la soirée) avec deux bières et le reste de cacahuètes du trek. Trop calés !

On découvre ensuite le soft seat : des sièges inclinables. Alors oui, c’est mieux que le hard seat, mais ce n’est pas non plus idéal pour dormir. L’avantage c’est qu’il n’y avait personne dans le train, donc pour une fois, ce n’était pas trop bruyant. La différence de prix ne justifie pas la différence de confort. Pour se faire une idée, sur ce train :

  • Hard seat : 89 RMB (environ 12,20€).
  • Soft seat : 137 RMB (environ 18,80€).
  • Hard sleeper : 156 RMB (environ 21,40€).

Vu la différence de prix, le hard sleeper est beaucoup intéressant. La différence de confort entre le soft seat et le hard sleeper est beaucoup plus importante qu’entre le hard seat et les soft seat.

Deqin, Lijiang (Yunnan)

Train de nuit Lijiang Kunming en soft seat (K9604), 137 RMB (environ 18,80€), 10h16.

Trois bus vont à la gare de train de Lijiang : le 4, le 16 et le 18. Nous sommes sûrs que au moins le 4 et le 18 passent dans le centre-ville.

Train Lijiang Kunming en soft seat : 137 RMB (environ 18,80€).

Kunming train station (quand on passe 36h dans les transport, on fait ce qu'on peut en termes de photo...)

Kunming train station
(quand on passe 36h dans les transport, on fait ce qu’on peut en termes de photo…)

Nous arrivons à 8h à Kunming et allons directement acheter des tickets pour le prochain train pour Lijiang. Nous prenons l’unique train de jour allant de Kunming à Lijiang, partant à 9h40. Du coup, on occupe les places hard sleeper, mais au prix du hard seat. Ce train est super calme, rien à voir avec le précédent. Et pour une fois que nous ne voyageons pas de nuit, nous pouvons admirer les paysages pendant le trajet, en somnolant, en lisant, etc. Les huit heures de trains passent assez vite. Nous arrivons vers 18h à Lijiang. Il pleut… Nous prenons un bus pour le centre-ville, directement la station de bus pour acheter nos billets pour soit Shangri-La, soit Deqin directement si le bus existe. Nous sommes bien aidés par le GPS pour nous rendre à la station de bus car tout est écrit en chinois et il nous est impossible de savoir quel bus prendre et à quel arrêt s’arrêter. Nous réussissons à acheter un billet de bus pour le lendemain 7h30 pour aller à Deqin. En face de la gare, nous nous arrêtons dans un magasin d’électronique pour regarder les câbles et les batteries. Sans trop négocier, nous sortons quelques minutes plus tard avec une fausse batterie Vivo 10000 mA pour 100 RMB (environ 13,70€). On verra bien combien de temps elle dure… Ça nous dépannera au moins pour le trek (nous comptons exclusivement sur les cartes du téléphone pour nous repérer, nous ne voulons pas tomber en rade de batterie). Nous trouvons une auberge très proche du terminal de bus et qui a l’air très bien notée sur Map.me. Nous n’hésitons pas longtemps. Nous rentrons dans un petit lotissement d’immeubles dans lequel se situe l’auberge. Nous sommes accueillis avec des petits biscuits, ce qui passe très bien après ces premières vingt-six heures de transport. Nous ne ressortons que pour dîner à côté, sans visiter du tout la ville. Il faut dire que les 80 RMB (environ 11€) à payer pour entrer dans la vieille ville sont dissuasifs.

Un peu difficile d'être autonome pour connaitre les horaires des bus et prendre des tickets en Chine...

Un peu difficile d’être autonome pour connaitre les horaires des bus et prendre des tickets en Chine…

Un peu difficile d'être autonome pour connaitre les horaires des bus et prendre des tickets en Chine...

Un peu difficile d’être autonome pour connaitre les horaires des bus et prendre des tickets en Chine…

Kunming, Lijiang (Yunnan)

Mama Naxi Guesthouse, 35 RMB la nuit (avec un petit biscuit et une connexion Internet qui était bien vu qu’on était quasi tous seuls !). Il y en a plusieurs, nous étions dans la plus proche du terminal de bus (pas dans la vieille ville).

Au départ de la gare, il y a trois bus : le 4, le 16 et le 18. Nous sommes sûrs que au moins le 4 et le 18 vont jusqu’au centre-ville.

Bus de ville dans Lijiang : 1 yuan (environ 0,15€)
Bus Lijiang-Deqin : 114 RMB (pour 8h de bus environ) (environ 15,60€)
Prix d’entrée dans la vieille ville de Lijiang : 80 RMB (environ 11€)

Bell Tower (Xi'an)

Bell Tower (Xi’an)

Nous arrivons à Xi’an à 8h, un peu crevés par notre nuit dans le train. La place devant la gare est déjà pleine de monde. Nous avons rendez-vous chez nos hôtes Couch Surfing à 11h.

Nous faisons un tour en ville en attendant, essayant de trouver un supermarché pour acheter de quoi faire à diner à nos hôtes un des quatre soir où nous y resterons, en vain… Nous ne trouvons que des supérettes où nous ne trouvons en particulier pas de farine… et peu de lait. Nous retenterons plus tard dans la journée.

Nous essayons également d’acheter nos billets de train pour nous rendre à Chengdu le dimanche qui suit où nous allons travailler dans une ferme une dizaine de jours. En vain également… Nous voulions un billet Xi’an South vers Chengdu, qui met 12h alors que le Xi’an tout court Chengdu met 16h15, mais la caissière n’a pas voulu nous le vendre… Nous ne savons pas s’il est possible ou non de vendre des billets depuis d’autres gares dans une gare précise… Nous retenterons également plus tard dans la journée.

Nous prenons un bus qui en une heure nous amène à destination. Nous découvrons un complexe d’une trentaine de tours de plus de trente étages chacune ! Ce complexe me rappelle un peu Singapour et ses complexes immense (surtout en hauteur). L’appartement est également assez grand, y compris notre chambre. Ça change du dortoir tout serré de Beijing, c’est grand luxe !

Après une douche salutaire, nous sortons manger la meilleure soupe de nouille depuis le début du voyage, avec des nouilles ne ressemblant pas à des spaghettis (ça existe !!), puis acheter nos billets de train (finalement, la gare Xi’an South semble un peu loin du centre, nous choisissons donc la facilité au temps et prenons des billets pour le train de nuit de 16h… en hard seat…), puis faire nos courses : la farine est en fait vendue en gros sacs de 2,5 kg minimum ! Ce qui explique pourquoi nous n’avons pas trouvé notre format 1 kg classique le matin… Nous réussissons finalement à en acheter en vrac dans un grand supermarché (Vanguard, chaine locale). Nous nous baladons un peu en ville mais sans plus (nous avons le temps de voir les deux ou trois attractions clé de la ville : Bell tower, Drum tower et le rempart, sympa notamment éclairés la nuit) et rentrons pour une soirée tranquille.

Et au passage, on dit bonjour à Steeve !

Et au passage, on dit bonjour à Steeve !
(Présent dans toutes les boutiques Apple du pays nous avons l’impression…)

Xi’an

CouchSurfing

Train de nuit Xi’an – Chengdu (K879, 16h), 112 RMB (environ 15,30€)

Rundeli market (#Valbuena)

Rundeli market (#Valbuena)

Nous nous baladons tranquillement autour des lacs au centre de Beijing pour notre dernière journée. Nous retournons au Rundeli market pour déjeuner où nous testons plein de petits trucs à manger issus des différentes échoppes de nourriture de chaque côté de la rue. Nous continuons avec le tour du lac Huhai puis nous dirigeons vers le Behai park, où nous étions allés le premier jour, mais de nuit. Surprise, lorsque nous arrivons, nous nous rendons compte qu’il faut payer 20 RMB pour rentrer (environ 2,70€). Nous comprendrons peu à peu qu’en Chine, il faut payer pour tout… même pour entrer dans un parc ! (Les pékinois eux, semblent pouvoir rentrer dans les parcs sans payer, l’entrée est seulement payante pour les touristes, chinois et autres).

Nous nous rendons ensuite à la gare de Beijing West pour prendre notre train pour Xi’an. Lorsque nous arrivons dans le hall du train (après le contrôle de sécurité et le contrôle du billet : il n’est pas possible de rentrer dans la gare sans billet), une heure avant le départ du train, le hall est bondé de gens, qui font déjà la queue pour notre train ! Nous nous mettons dans la file. La caisse ouvre trente minutes plus tard et là, c’est l’anarchie. Tout le monde avance de tous les côtés pour accéder au quai. Un nouveau contrôle des billets et hop, nous trouvons le quai et découvrons le train de nuit dans lequel nous allons rester 12h sur des sièges. Nous sommes dans un train « T », donc pas le train express (qui rejoint Xi’an en 5h), mais pas le plus lent non plus. Ce qu’il faut savoir c’est que la compagnie chinoise de train vend quatre types de billets : des soft sleeper (« couchettes molles », les plus chers), des hard sleepers (« couchettes dures », prix intermédiaire), des hard seats (« sièges durs », les moins chers, deux fois moins chers que les précédents), et des standing (« places debout », même prix que les précédents). Nous avons un hard seat mais n’avons aucune idée de combien de standing par train peuvent être vendus ! Nous nous dépêchons donc un peu pour être sûrs de récupérer nos sièges et surtout, de pouvoir mettre nos sacs quelque part. Nous arrivons à temps pour avoir encore de la place pour nos bagages pas trop loin de nous. Par rapport au dernier train de nuit que nous avons pris en Mongolie pour arriver à la frontière chinoise, nous avons des vrais sièges une personne (ce qui évite de se retrouver sur une banquette de trois à quatre, puis cinq, puis six, puis sept…) et il y a des personnes debout (bientôt allongées par terre) mais pas tant que ça. Les sièges sont un peu droit (peut-être un peu trop pour dormir si la personne d’en face ne nous permet pas de tendre nos jambes) et un peu durs, les personnes dans le train sont un peu bruyantes mais pas autant que dans le train mongol où tout le monde jouait aux cartes avec tout le monde. Le petit bonus des trains chinois : il y a de l’eau chaude en libre-service pour faire cuire ses noodles, faire du thé, etc. Nous réussirons quand même à dormir un peu (merci la fenêtre et la table !).

Salle d'attente, Gare de Beijing Ouest (il y a un peu de monde...)

Salle d’attente, Gare de Beijing Ouest (il y a un peu de monde…)

Beijing

Train de nuit Beijing / Xi’an (T231), 148,5 RMB (environ 20,30€)

Les chinois commencent à faire la queue pour les trains plus d’une heure avant le départ du train.
Dans les trains, il y a de l’eau chaude en libre-service, normalement potable (les chinois faisaient du thé avec).
Nous le découvrirons le lendemain matin, mais les bouteilles de gaz sont interdites dans les trains chinois (comme surement beaucoup d’objets interdits dans les avions).